LES RELATIONS ECONOMIQUES
ENTRE LA REPUBLIQUE DE SERBIE ET LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE


   

        Les relations économiques entre la République de Serbie et la République Algérienne Démocratique et Populaire se déroulent sur la base d’un Accord Commercial qui date de 1975. Les deux pays considèrent qu’il n’est pas nécessaire de le changer car il est toujours opérant. Cependant, celui-ci et quelques autres contrats et agréments conclus entre l’ancienne Yougoslavie et la RADP devraient être consolidés dans un futur proche entre la République de Serbie et la RADP.

 

         Les relations économiques entre la Serbie et l’Algérie à l’époque de l’ancienne Yougoslavie ont atteint un très haut niveau, stagnant dans les années 90 et puis relancés et successivement développés à partir de l’an 2000. La stabilisation de la situation politique dans un pays comme dans l’autre, ainsi que le fort processus de transition et l’ouverture économique de la Serbie et de l’Algérie ont contribué aussi bien au développement des rapports économiques. Pour la Serbie il a été spécialement motivant de rentrer sur le marché Algérien vu qu’il était connu par celle-ci et peint d’un environnement amical mais, désormais en faisant face à  la condition d’une forte concurrence internationale ce qui oblige l’économie serbe a se présenter sous une meilleure lumière aux consommateurs algériens en offrant des produits et des services de la meilleure qualité.

 

        La coopération économique entre les deux pays a enregistré dans la période de 2000 à 2005 un progrès signifiant. Par rapport aux périodes précédentes, on souligne une augmentation des échanges commerciaux ainsi qu’une participation réussite des sociétés serbes se trouvant en Algérie  aux soumissions des avis d’appels d’offre et qui reflète une évolution de qualité.

 

        Selon les chiffres du Ministère des Finances Algérien- Direction Générale des Douanes les échanges commerciaux entre l’Algérie et la Serbie en 2005 ont enregistré 16,3 millions de Dollars, 1,1 millions de Dollars d’exportation de l’Algérie et 15,2 millions $ d’exportation de la Serbie, dont les secteurs dominant sont comme suit : parmi les exportations de la Serbie, on compte 6,5 millions $ de produits de consommation et pharmaceutiques et 6,4 millions $ de matériel industriel et équipement, quant à l’exportation de l’Algérie, elle comporte 0,9 millions $ de matières bruts. Il faut noter que dans la période lorsque l’Algérie a exporté le gaz et le pétrole vers la Serbie l’excédent   se démarquait du coté algérien. Par exemple en 2004, l’Algérie a exporté 38,7 millions $ de pétrole et de gaz vers la Serbie alors que dans la même période le total de l’exportation de la Serbie en Algérie se chiffrait à 10 millions $.

 

        En 2005 et au premier semestre de 2006, une évolution signifiante a été enregistrée. La participation des sociétés serbes dans le cadre d’un Programme de développement économique de l’Algérie, est passé de la phase de consultation et établissement de plans et de desseins des projets à l’exécution à la construction des projets spécialement barrages, systèmes de transfert d’eau,…etc.

 

        La société de construction "Hidrotehnika- Hidrogradnja" dont la présence dans le marché algérien remonte à longtemps, a soumissionné, fin 2005, à deux appels d’offre internationaux pour la construction de deux barrages, "Kissir" et "Ourkiss". Au début de l’année 2006, ces deux projets ont été attribués à "Hidrogradnja" pour une valeur totale de 70 millions de Dollars. Ces deux projets en même temps ont été les plus grand qu’une société serbe a remporté durant les 10 ou 15 dernières années, ceci face à une puissante concurrence internationale, et par lesquels les possibilités pour les autres sociétés serbes dans le domaine de construction ont été rouvertes en Algérie, compte tenu de leurs références dans le passé. "Hidrotehnika" a annoncé l’ouverture d’un bureau de représentation à Alger au cours de l’année 2006. 

        Dans ce contexte, il faut mentionné la forte présence de la société "Energoprojekt- Hidroinžinjering" dans le marché algérien. En 2006, cette entreprise a été engagée dans la réalisation de 9 projets dans le domaine de l’irrigation (Ksar Sebahi, Mojen Chellif, El Tarf, Touffana) puis dans la supervision technique des barrages (Chiffa, Koudiat, Acerdoun) et dans l’étude des nappes souterraines et le transfert de l’eau (Ain Dalia, Oued Chef) et des plans de barrages (Bou Nachi et Dar Zout). Cette entreprise a annoncé aussi l’ouverture de son bureau permanent à Alger au cours de 2006.

 

           La société pharmaceutique "Hemofarm" a signé un contrat avec son partenaire d’affaires de Constantine pour la construction d’un laboratoire de production de comprimés effervescents vitaminés. Jusqu’à l’ouverture de ce laboratoire "Hemofarm" continuera d’exporter directement ces comprimés en Algérie. En 2005, l’exportation totale de l’entreprise serbe en Algérie a été estimée à 6 millions de Dollars. Les plans prévus pour l’année 2006 sont de 10 millions de Dollars.

 

           Il faut aussi souligné que la société "Minel" a continué d’exporter les transformateurs et les pièces des transformateurs- en 2005 pour une valeur de 4 -5 millions de Dollars.

 

            Plusieurs sociétés serbes sont fort intéressées pour l’exportation ou la vente de produits et de services tels que : pneumatiques, électroménagers, machines et équipements pour l’agriculture, appareils de signalisation ainsi que les systèmes de sécurité pour les chemins de fer…etc.

 

            Il faut noter que nombreuses possibilités existent dans le domaine du partenariat Serbo-Algérien, spécialement dans le cadre du Programme de développement économique 2006-2009 en Algérie. Il s’agit surtout de construction de barrages, transfert de l’eau, construction d’habitations et les autres secteurs d’infrastructure, là où les sociétés serbes possèdent une expérience et une bonne réputation internationale. Quant aux hommes d’affaires et sociétés algériennes ce partenariat, sous forme de société mixte, pourrait leur être utile et profitable, en leurs apportant des possibilités offertes par le marché du sud- est de l’Europe ainsi que la Russie, en considérant que la Serbie a signé avec plusieurs de ses pays voisins et avec la Russie des Accords de libre échange commercial, formant un marché entre 150 et 180 millions de consommateurs. Ceci offre aux sociétés algériennes la possibilité d’exporter les marchandises commercialisées à travers ces sociétés mixtes de l’Algérie sans taxes ou avec réduction de taxes.

 

            Dans le but d’intensifier les rapports économiques, il est nécessaire de conclure certains nombres d’accords bilatéraux qui pourraient stimuler la coopération économique. Il s’agit de la Convention en vue d’éviter les doubles impositions en matière d’impôts sur le revenu et sur la fortune et de l’Accord sur la promotion et la protection réciproques des investissements entre les deux pays, dont les procédures ont déjà été lancées. D’ailleurs, on peut parlé aussi d’une régulation contractuelle dans le secteur bancaire. En faite, le secteur bancaire est très important pour obtenir des conditions favorables, pour que le déroulement de la coopération dans les investissements soit sans contraintes.

 

           Les perspectives pour le développement des relations économiques entre la République de Serbie et la République Algérienne Démocratique et Populaire sont réelles et fondés sur la base de complémentarité des deux économies et entre deux pays qui se connaissent et qui partagent une confiance mutuelle.

 

            L’ouverture économique de l’Algérie au monde, l’Accord d’association avec l’Union Européenne et l’accès prévu à l’Organisation Mondiale du Commerce sont des motifs additionnels pour un fort intérêt de l’économie serbe pour le marché algérien et pour une participation active dans les programmes de développement économique en Algérie, pays ami.